fr

Aidez-nous !

JMA - Fête de l'Immaculée Conception

 

 

Statue de la Sainte Vierge, le soir des Premières Vêpres

 

 

 

 

 

 

Fête de l'Immaculée Conception

 

8 décembre 2013

 

 

 

 

Le 8 décembre, la paroisse Notre-Dame-de-Lourdes a solennisé la fête de l'Immaculée Conception, patronne principale de l'Institut du Christ Roi Souverain Prêtre.

 


 

 

 

Procession d'entrée

 

 

 

 

« Ô Marie conçue sans péché,

priez pour nous qui avons recours à vous. »

 

 


Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Ainsi soit-il.

 

 


Chacun de nous, mes biens chers frères, enfants chéris du Bon Dieu que nous sommes, avons une mission particulière à remplir sur cette terre.

 

 

 

Asperges me


 


Dans sa sagesse éternelle, Dieu a un plan pour chacun de nous. Tout homme qui est sur cette terre est libre de se conformer au plan divin, c’est-à-dire de se sanctifier en suivant la volonté de Dieu, en répondant à sa vocation propre, ou au contraire de s’opposer, de refuser le plan d’amour providentiel de Dieu sur sa petite personne.


Si tous les hommes sont appelés à la sainteté, si tous les hommes sont appelés à réaliser une mission bien spéciale sur cette terre, il est néanmoins vrai que certains sont appelés à une mission plus grande, plus extraordinaire.

 

 

 

 

L'autel paré et fleuri pour la solennité


 


C’est le cas d’une sainte qui a vécu au 19ème siècle, Catherine Labouré, dont je voudrais vous parler aujourd’hui.

 

 

Dans la nuit du 18 au 19 juillet 1930, cette humble petite religieuse des filles de la Charité, fut en effet réveillée par son ange gardien :


« Sœur Catherine ! Sœur Catherine ! »

 

 

 

Encensement de l'autel



Son bon ange la conduisit dans la chapelle de la communauté… où, pour le plus doux moment de sa vie, comme elle le confiera elle-même, elle devait recevoir l’apparition de la Très Sainte Vierge Marie.

 

 

Soyez bien sûr, mes biens chers frères, que toute grâce spéciale est toujours accompagnée d’une croix bien spéciale elle aussi, c’est-à-dire bien lourde !

Ne désirons donc pas trop vite des grâces extraordinaires dont nous ne pourrions pas ensuite porter les croix qui lui sont jointes !

 

 

 

Les deux acolytes et le porte-navette


 


« Mon enfant, lui dit Notre Dame, le Bon Dieu veut vous charger d'une mission. Vous aurez bien de la peine, mais vous vous surmonterez en pensant que vous le faites pour la gloire du Bon Dieu... Vous connaîtrez ce qui est du Bon Dieu, vous en serez tourmentée, jusqu'à ce que vous l'ayez dit à celui qui est chargé de vous conduire, vous serez contredite. Mais vous aurez la grâce. Ne craignez pas, dites tout avec confiance et simplicité... »


Cette mission, mes biens chers frères, nous la connaissons tous : c’est la diffusion de la médaille miraculeuse.


Avant d’en venir à ce projet, la Saint Vierge confia à notre sainte sa tristesse devant l’avenir sombre qui menaçait la France et le monde, à cause du refus du règne du Christ.


« Le moment viendra où le danger sera grand, on croira tout perdu, là je serai avec vous, ayez confiance, vous reconnaîtrez ma visite et la protection de Dieu. »

 

 

 

Encensement de l'évangile

 


 

Aujourd’hui, mes biens chers frères, en ce jour de grande solennité dans l’Eglise, vous savez que nous allons renouveler, à la fin de la messe, la consécration de notre communauté, l’Institut du Christ Roi Souverain Prêtre, à l’Immaculée Conception.


Nous le ferons ici, à Libreville, comme les autres prêtres de l’Institut le feront eux aussi dans leur apostolat respectif, comme Monseigneur Wach le fera aussi en notre nom à tous au séminaire de Gricigliano, en pensant tout particulièrement, à n’en pas douter, à son cher Gabon et à vous tous, chers paroissiens.

 

 

 

Patrick à la crédence

 



Ce jour est donc un jour de grande grâce pour nous, pour chacun de nous.


C’est en effet un jour de grâce pour chacun d’entre vous, chers fidèles, qui êtes dans ce pays où notre petite communauté a vu le jour, au prix de grands sacrifices, de sueurs et de larmes.


C’est en effet un grand jour de grâce, car l’Immaculée Conception était bien là, présente et veillante, sur le berceau de l’Institut naissant, au Val Marie de Mouila, il y a maintenant 25 ans, et que très certainement elle continue de veiller sur nous, ses enfants, qui, comme au premier jour, continuons à mettre en elle toute notre espérance.


Car selon les mots récents d’un prélat romain, que je vous confie aujourd’hui  - prélat romain qui avait la charge de surveiller la naissance de cette nouvelle communauté dans les années 90 - « l’Immaculée Conception a protégé la naissance de l’Institut d’une manière quasi visible. »


Dans la tempête de ce monde, mes biens chers frères, dans la tempête furieuse de nos vies, Marie est toujours là. Soyons-en sûrs.

 

 

 

Prédication dans l'église archi-comble !

 

 

Le 27 novembre 1830, la Sainte Vierge apparut une nouvelle fois à Sainte Catherine Labouré.

C’est alors qu’elle demanda à la religieuse de faire frapper une médaille – à elle, qui n’était qu’une petite religieuse, sans le sous, ayant fait vœu de pauvreté, soumise à la stricte obéissance, sans aucun moyen.


La Vierge voulait que cette petite âme remuât la terre pour diffuser cette médaille, et elle promit ceci : « les personnes qui la porteront recevront de grandes grâces. »

 

 

 

Suscipe Sancta Trinitas...

 



Malgré des difficultés humainement insurmontables, la sainte put accomplir sa mission, et la médaille miraculeuse se propagea dans le monde entier.


L’archevêque de Paris, qui avait demandé une enquête canonique sur ces apparitions conclut ainsi son dossier :


« La rapidité extraordinaire avec laquelle cette médaille s'est propagée, le nombre prodigieux de médailles qui ont été frappées et répandues, les bienfaits étonnants et les grâces singulières que la confiance des fidèles a obtenus, paraissent vraiment les signes par lesquels le Ciel a voulu confirmer la réalité des apparitions, la vérité du récit de la voyante et la diffusion de la médaille. »

 

 

 

Chant de la Préface

 

 

Chacun de nous connait bien cette médaille. Sur une des faces, nous y voyons la Sainte Vierge les bras ouverts. Ses mains sont parées de bagues précieuses.


De certains de ces anneaux jaillissent des rayons lumineux, tous plus beaux les uns que les autres, qui descendent sur le globe terrestre :


« C'est le symbole des grâces que je répands sur les personnes qui me les demandent », dira la Sainte Vierge Marie à Sainte Catherine.

 

 

 

Elévation




Au contraire, de certaines de ces bagues ne sortent aucun rayon :


« Ce sont les grâces que l'on oublie de me demander », continuera-t-elle.


Au-dessus de la Madone, partant de sa main droite à sa main gauche, une inscription apparut en lettres d’or, lors de l’apparition :


« Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. »


Ô mes biens chers frères, ne passons pas un jour de notre vie sans laisser échapper de notre cœur d’enfant cette parole que nous a enseignée Notre Dame : Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous.


Cette phrase est faite pour nous, pauvres pécheurs que nous sommes, pauvres et infidèles serviteurs de notre Dieu d’amour.

 

 

 

Memento des défunts

 


 

En ce jour de l’Immaculée Conception, qui piétine la tête du serpent infâme, que chacun de nous renouvelle donc sa consécration à notre Mère du Ciel.


Faisons-nous tout à elle, redisons-lui notre désir de lui appartenir totalement, sans réserve. Elle veillera alors sur nous et sur les nôtres, elle nous protègera et nous conduira au port du salut, au Ciel.

 

 

 

Ecce Agnus Dei

 

 

En 1830, la Sainte Vierge est apparue à Sainte Catherine pour lui confier une médaille, une simple médaille à son effigie, en promettant de nombreuses grâces à tous ceux qui la porteraient.


En ce jour, Marie nous renouvelle sa promesse : portez ma médaille, portez mes couleurs, et je ne vous abandonnerai jamais, malgré les épreuves et les tribulations de cette vie.


La Sainte Vierge ne lâchera rien… jamais, jamais, jamais !

 

 

 

Procession vers la statue de Notre Dame



Ô mes biens chers frères, si nous n’avons pas encore obéi à Maman Marie, par ignorance, par indifférence, par négligence, ou que sais-je encore, ne résistons pas plus longtemps à la tendresse d’une mère : que la médaille miraculeuse soit toujours à notre cou !

 

 

Marie nous donne sa médaille. En retour, elle attend de nous que nous lui donnions notre vie.

 


A la fin de la messe, nous nous consacrerons une nouvelle fois, tous ensembles, à l’Immaculée Conception. Nous lui demanderons les grâces qu’elle nous a promises, et confiants en la réalisation de sa promesse, nous la remercierons dès aujourd’hui pour toutes les grâces qu’elle nous a jusqu’à présent accordées, et dont elle nous comblera jusqu’au soir de notre vie.

 

 

 

Toute la paroisse à genoux aux pieds de l'Immaculée Conception

 



Pour lui témoigner de notre amour filial, à elle qui nous a donné sa médaille, je lui offrirai, en notre nom à tous, comme il est de coutume à Gricigliano, un modeste présent, symbole de l’abandon de notre vie entre ses mains, entre les mains de la plus belle des Mères.

 

 

 

En action de grâces, le Chanoine Bergerot remet un bijou à la Sainte Vierge Marie

 



« Tota pulchra es, o Maria, et macula originalis non est in Te. »


Vous êtes toute belle, ô Marie, et la tâche originelle n’est pas en vous.



Priez donc pour nous, ô Reine Immaculée !


Priez donc pour nous, qui avons recours à vous,

 


Ainsi soit-il.